201404.13
0
0

Partir.

Partir: c’est le titre d’un film de Catherine Corsini que j’ai vu hier soir sur france 2.

Film tragique, dramatique d’une femme bourgeoise interprétée par Kristin SCOTT THOMAS qui tombe follement amoureuse d’un ouvrier, un prolétaire comme dit son époux car elle est mariée… Film tragique car il décrit le désespoir de cette épouse qui souhaite partir, qui va partir, quitter son mari qui fera en sorte de l’affamer, de lui couper les vivres.

Partir est aussi un film très simpliste qui m’a agacé sur la vision très manichéenne de la justice, il y a le fort et le faible et le fort l’emporterait, il y a les gens qui ont de l’argent et ceux qui n’en ont pas… l’importance qui est donné à l’argent dans ce film m’a troublée et interrogée, je pense que tout n’est pas si simple, tout n’est pas blanc ou noir.

En outre, mon regard de juriste et d’avocate est très sévère, le film laisse une frustration à l’avocat, frustration quant aux erreurs juridiques qui se sont glissées dans ce film… Quand on entend le mari de Kristin SCOTT THOMAS dire qu’elle n’aura pas de prestation compensatoire car elle a abandonné le domicile conjugal: C’est FAUX, la faute n’a plus d’influence sur la prestation compensatoire depuis 2004 (le film date de 2009). Quand il dit que son avocat va être content d’apprendre qu’elle est tombé en panne d’essence au bord de l’autoroute avec son fils car elle n’avait pas d’argent… je n’en suis pas convaincue, laisser sa femme sans argent et sans lui donner secours est certainement plus grave !

De même, lorsque l’on voit Kristin SCOTT THOMAS vendre sa montre Cartier car son époux ne lui donne pas un sou, en qualité d’avocat on bondit et on se demande quel est l’avocat de Kristin SCOTT THOMAS pour lui dire d’en changer tout de suite et rapidemment car il est possible de solliciter une pension alimentaire au titre du devoir de secours au titre des mesures provisoires et même en urgence, comment cet avocat a-t-il pu passer à côté ?

Si Kristin SCOTT THOMAS avait perçu une pension alimentaire malheureusement le film n’aurait plus eu grand intérêt… évidemment il n’ y aurait plus eu d’histoire !

Je sais bien et je regrette que mon regard d’avocate ait pris le dessus sur celui de spectatrice, j’aimerais être encore innocente juridiquement.

Très certainement que le policier qui regarde un film dans lequel les balles tirent de partout, le regarde avec son regard de policier en se disant:  » c’est pas possible, Bruce Willis n’avait plus de balle dans son chargeur pourquoi tire-t-il encore ? ».

Pour finir, je voulais rassurer par ce billet toutes les épouses et même les époux qui souhaitent partir: si votre mari ou votre épouse vous laisse sans rien et qu’il ou elle a des revenus plus important que vous, vous pourrez demander une pension alimentaire au titre du devoir de secours… Certes, cette pension alimentaire ne vous permettra pas de vivre le même train de vie, mais elle vous permettra de vivre… toutes les ruptures ne se déroulent pas comme dans ce film !

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50

partir


Laisser un commentaire